Bien manger pour le bien du cerveau

Selon la Fondation canadienne des maladies du cœur, quelque 62 000 personnes sont victimes d’un AVC au Canada chaque année. Même si 80 % d’entre elles survivent, c’est généralement avec des séquelles permanentes.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’AVC, le 29 octobre, il convient de souligner un aspect souvent négligé de la prévention des AVC : la nutrition. Vous pouvez contribuer à réduire votre risque de souffrir d’un AVC en incluant certains aliments dans votre alimentation. Les conseils suivant vous serviront de guides.

Des études ont démontré que pour chaque 7 g de fibres que vous consommez quotidiennement, le risque d’un premier accident vasculaire cérébral baisse de presque 7 %.[1]Augmentez votre apport de fibres en consommant plus de légumes, de céréales entières, de graines de lin ou de chia (ou autres). Vous pouvez aussi recourir aux suppléments de fibres, qui sont un moyen pratique de se procurer plus de fibres alimentaires. Les suppléments de fibres ont connu une grande amélioration et les tout derniers produits sur le marché se mélangent facilement avec la nourriture ou les boissons sans en changer significativement le goût ou la texture.

Les aliments riches en antioxydants renferment d’importantes substances qui combattent les radicaux libres et qui aident à réduire l’inflammation et à améliorer la circulation sanguine. Vous augmenterez votre apport d’antioxydants en mettant plus de couleur dans votre assiette grâce aux petits fruits et aux légumes rouges, jaunes, oranges et verts. Les fines herbes, les épices, l’oignon et l’ail ajoutent également des antioxydants à votre régime.

Une étude récente[2]a démontré qu’en mangeant une once de noix (fruits à coques) par jour, on réduit le risque d’AVC de moitié. Faites-donc vos réserves de noix de Grenoble, d’amandes, de noix de cajou et de pistaches. Mais prenez note que les noix perdent rapidement leurs effets bénéfiques lorsque les huiles fragiles qu’elles renferment s’oxydent. Pour une fraîcheur optimale, achetez les noix en petites quantités et conservez-les au réfrigérateur ou au congélateur si vous ne prévoyez pas les consommer dans les prochaines semaines.

La même étude qui a démontré les bienfaits des noix liés à la réduction du risque d’AVC a également confirmé que l’huile d’olive est bonne pour la santé cardiovasculaire. On pense que l’huile d’olive joue un rôle majeur dans l’action bénéfique du régime méditerranéen sur la santé du cœur et du cerveau. Là encore, la fraîcheur importe. L’huile d’olive n’est pas comme le vin, qui se bonifie avec le temps. Vérifiez les dates de mise en bouteille et de péremption. Conservez l’huile au frais, pas au-dessus de la cuisinière, et utilisez-la avec libéralité.

Un autre aliment de base du régime méditerranéen, le poisson, semble également jouer un rôle dans la prévention des AVC. Des études ont examiné les effets que la consommation de poisson a sur les hommes et les femmes. Les deux sexes semblent tirer profit de la consommation hebdomataire de plusieurs portions de poisson gras[3] [4], Il est probable que les acides gras oméga-3 que contiennent les poissons comme la sardine et le saumon jouent un rôle important à ce sujet.

Agissez VITE

Si vous ressentiez des douleurs thoraciques, hésiteriez-vous à appeler pour demander de l’aide ? Les personnes qui présentent des signes d’un AVC attendent souvent pour voir s’ils vont disparaître. Mais tout délai peut être fatal. Sachez reconnaître les symptômes d’un AVC[5] et cherchez immédiatement de l’aide. N’oubliez pas, « chaque seconde compte » !